Internat Susaka

Alors que l'existence des monstres vient d'être découverte, ces derniers sont chassés par la plupart des humains. La majorité se réfugie à l'internat Susaka...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Même la mort ne veut pas de toi. {Finish}

Aller en bas 
AuteurMessage
Victoria Skylar

avatar

Messages : 13
Points : 19
Date d'inscription : 07/08/2012
Age : 21
Localisation : Sous votre lit, dans la pénombre. Attendant votre sommeil pour vous achever.

MessageSujet: Même la mort ne veut pas de toi. {Finish}   Mer 22 Aoû - 12:19

    Identity Card

    NOM : Skylar

    PRENOM : Victoria

    AGE : Seize ans

    RACE : Possédée

    NATIONALITE : Anglaise

    POUVOIRS / ARMES :
    Victoria ne quitte jamais son précieux taser qui lui est très serviable ; elle n'hésite pas à s'en servir contre n'importe qui si on l'a menace. Sans même le vouloir, la jeune fille peut entendre les battements de cœur d'une personne à plus de cinq mètres.
    Quand son démon prend contrôle de son corps, sa force physique ainsi que son agilité augmentent à une vitesse surprenante. Sa matière organique a la capacité de prendre la couleur et la matière sur laquelle elle est posée, comme les caméléons.


    OBJET PREFERE : Son vieil ours en peluche qu'elle a eu à son premier anniversaire. Maintenant il a des points de suture un peu partout.

    PHRASE OU EXPRESSION FAVORITE : « Jalouse, la lune essaie toujours d'éviter le soleil. »




    Physical
    Depuis sa naissance, Victoria a hérité du magnifique teint porcelaine qui est dans la famille depuis des années. Sa peau est douce, sans aucune impureté dont elle pourrait presque se vanter. Elle est souvent froide comme un cadavre, si glaciale qu'on voudrait la placer devant un feu avec un thé brûlant pendant une heure. Sa taille n'est pas très supérieure aux autres jeunes filles et elle déteste qu'on se moque d'elle à propos. Vic' n'est pas lourde du tout, et c'est parfois handicapant car elle ne peut que rarement attaquer avec le poids, ou même la force. Ceci est dû à un joli corps fin et agile, sur lequel elle ne s’efforce pas de travailler comme certaines. Victoria a une poitrine et des fesses pas très volumineuses dont elle ne s'occupe pas non plus ; l'avantage selon elle est que ça n'attire pas les regards pervers et vaut mieux avoir ça que des pastèques siliconées. Ses cheveux lui arrivent juste avant les épaules avec une épaisse frange qui lui cache le front entier. Ils possèdent une couleur blanche, voir même avec quelques mèches blondes presque invisibles mais interdiction de la traiter de grand-mère. Victoria a des yeux presque étranges. Les iris sont d'un jaune clair qui pourraient rappeler la lune à son apparition. Mais son regard est si profond, si hypnotisant qu'on pourrait s'y noyer. Il est parfois difficile de la fixer dans les yeux sans en perdre rapidement le contact. D'ailleurs en parlant de ses yeux, on peut distinctement voir la cicatrice sur la paupière inférieure droite qu'on peut confondre avec du maquillage ainsi que l'autre qui part depuis son front jusqu'à la joue. La jeune fille déteste qu'on lui fasse des remarques dessus car elle trouve que cela déforme son apparence presque angélique. La plus part du temps, elle se vêtit d'une tenue noire comme la nuit qui laisse à découvert juste son ventre, sa clavicule ainsi que sa jambe droite. Elle préfère se balader avec des manches longues pour cacher les autres cicatrices qu'elle s'est faite elle-même. Et vous avez sûrement remarqué son cou qui est aussi recouvert par du métal amovible qui fait penser à une colonne vertébrale. Ceci lui sert à se protéger de la fracture de la nuque ainsi que de l'étranglement quand le démon prend contrôle de son corps. Tiens en parlant du truc pas beau qui se cache dans les tréfonds de son âme, quand Victoria se transforme, elle se met à vomir du sang et à hurler, ce qui est pas mal flippant. Ensuite, ses yeux deviennent aussi noirs que ses vêtements et ses joues peuvent presque se déchirer à cause de la mâchoire inférieure qui peut partir un peu trop vers le bas ainsi que ses dents qui deviennent longs et pointus comme des aiguilles.



    Mental
    Comme son apparence peut presque l'indiquer, Victoria n'est pas vraiment une fille sociable. Elle a toujours été froide avec les autres et elle ne regrette rien en ce qui concerne repousser quelqu'un pour la laisser en paix. Mais attention, quand elle commence à vraiment apprécier une personne, à lui adresser des sourires et de belles paroles, elle n'est pas prête à abandonner celle-ci. Malgré son cœur glacé et sa solitude habituelle, Vic' est quelqu'un de très sympathique et de loyal qui n'oserai laisser tomber ses amis pour rien au monde. Parfois, elle parait même timide. Oui oui. Une redoutable chasseuse de monstres timide. On peut la voir rougir un peu avec quelques compliments mais cela dure que très peu de temps car elle sait que ce ne sont juste des paroles. En classe, Victoria a des tendances de fayote mais seulement si le cours devient intéressant. Sinon, elle n'hésite pas à ses perdre dans ses pensées et questions en tout genre. En combat, elle devient assez violente quand son adversaire lui tape un peu trop sur le système. Quand elle se déchaîne sans vraiment le vouloir, son mental atteint une haine accompagnée de sadisme assez élevé et à ce moment-là, des discours délirants ainsi que des actes étranges peuvent se produire. Sois disant « schizophrène », Vic' parle souvent à elle-même et peut avoir avoir des hallucinations auditives en étant persuadée que c'est le démon qui commente ses actes. D'ailleurs en parlant du démon, la transformation est toujours imprévisible et horrible à voir. Elle s'accompagne de hurlements de douleur ainsi que de rires soudains, pour au final suffoquer et succomber à la force de la bête. Ensuite, elle n'a plus aucune conscience et n'hésite pas à tuer ses proches pour s'en nourrir ou faire souffrir Victoria mentalement quand elle aura retrouvé ses esprits. Elle ne regrette pas d'avoir cette chose qui possède son corps car elle veut à tout prix apprendre à la contrôler au lieu de se suicider. La douleur ne lui dérange pas des masses, d'ailleurs. On pourrait presque la prendre pour une masochiste. Parlons maintenant des goûts ! Victoria adooore les animaux, surtout les prédateurs. Elle ne toucherait pas à un lapin, et c'est pour ça qu'elle est végétarienne. Elle aime bien passer du temps avec des amis à ne rien faire ou au contraire, s'amuser comme des tarés. Il ne faut jamais faire de blagues sur les gays ou autre humour noir du genre car vous risquez de vous prendre un discours long et intelligent en plein dans la g*eule. Vic' est une personne très patiente qui a habitude de donner une deuxième chance à tout le monde. Elle peut même paraître mignonne de temps en temps mais il faut garder à l'esprit que ce n'est qu'une facette de notre chère mademoiselle Skylar.



    Story
    Enfant maudite par la peur et la violence, tu souffriras sous l'âme d'un autre jusqu'au Jugement Dernier ...

    Depuis le début, Victoria a eue une enfance difficile. Plus mature et solitaire que les autres, elle restait toujours seule et on la rejetait davantage. Mais elle ne pouvait compter que sur sa grande sœur Elizabeth ainsi que son grand-père qui, eux, la comprenaient. Quasiment chaque soir, Vic' restait immobile dans son lit en regardant partout dans la pièce, prétendant qu'une présence la surveillait. Depuis, elle n'arrêtait pas d'en parler et ses parents ont dû l'envoyer chez le pédopsychologue pour essayer de régler ses problèmes « d'imagination ». Mais comme le proverbe dit, la vérité sort de la bouche des enfants …


    CHAPTER ONE
    Accident


    - Tu penses que grand-père s'en remettra vite ?, demandais-je en regardant par la fenêtre.

    Elizabeth me jeta quelques coups d’œil maladroits et finit par soupirer. Elle ne semblait pas sûre pourtant, elle qui fait des études en médecine. Ellie ne répondit pas, ce qui ne me donna pas envie de reposer ma question. Il faisait déjà sombre et dans un coin perdu d'Angleterre, il n'y a pas toujours des lumières partout. On n'y voyait pas à cinq mètres ! Heureusement que les voitures ont des phares parce que sinon … Le silence dans le véhicule était blindant, presque autant que dans les films d'horreur. Je me redressa quand on arriva enfin devant l'hôpital de Londres qui était plutôt grand. On se présenta à l'accueil pour qu'on puisse nous amener à la bonne chambre. J'étais contente de revoir grand-père, avec l'école, ce n'est jamais facile d'avoir un peu de temps. Il était allongé dans son lit d'hôpital avec quelques engins électroniques à côté de lui. Ça devait être ennuyant de rester comme ça pendant quelques jours sans même sortir prendre l'air … avec cette odeur de désinfectant et de divers médicaments. Je m'approcha de lui et m'assis juste à côté en souriant.

    - Bonsoir grand-père. Tu te sens mieux que la dernière fois ?
    - Oui, je pense que je vais m'en remettre. Comment va tout le monde ? Tu le sens encore ?
    - Ils vont bien, voir très bien. Oh cette chose-là … Ça me suit partout maintenant, et j'ai un mauvais pré-sentiment …

    Elizabeth ne trouva rien de mieux que de soupirer dans son coin. Même elle croyait que j'avais des hallucinations et elle disait que grand-père était un fou. Mais pour moi c'est un homme formidable, et le seul qui me croit. Ses yeux se firent plus grands et il se mit à murmurer d'une manière presque paniquée.

    - Eh bien ne le laisse pas t'atteindre, soit prudente sur la route et n'oublies pas : Le mal surgit quand on ne n'y attend pas ! Allez, files maintenant. Il est tard et tu n'es pas en vacances.

    Je fis une tête de travers, comme si je n'avais rien compris. Peut-être parce que je n'avais vraiment pas compris ce qu'il m'a dit. Ma sœur me prit par le bras et nous disions au revoir à grand-père avant de nous éclipser du bâtiment. Il était très tard et la route n'était pas si courte que ça. Liz' décida de prendre une route qu'elle connaissait bien mais elle était un peu sinistre. A cette heure-ci, il n'y avait personne sur ce chemin et elle commença à rouler un peu trop vite.
    Je repensa à ce qu'il m'avait dit et me réveilla de ma propre conscience soudainement. Je n'avais aucune idée d'où on était mais je faisais confiance à mon aînée. Elle allait un peu trop vite quand même …

    - Liz, tu peux ralentir un peu, sil te plaît ?
    - Ne me dis pas que t'as avalé ce qu'il a dit !

    Je soupira à la réaction immature de ma grande sœur et ne dis plus rien, car je sais qu'il était inutile d'essayer de convaincre sa détermination. Étrangement, les phares se mirent à clignoter comme si les ampoules étaient sur le point de griller. Mais à ce moment-là, je compris ce que voulait me dire grand-père. Juste devant la voiture s'arrêta un grand cerf dont le pelage était plus noir que le ciel, et ses bois encore plus grands que ceux d'un élan. Son regard croisa le mien et bizarrement, il ne chercha pas à s'enfuir, un peu comme si il voulait se suicider. Mais venant d'un cervidé, ce n'est pas courant. Par panique, on s'est mit à hurler et Elizabeth tourna pas erreur dans le fossé avant de heurter un arbre.

    Je me réveilla peu de temps après avec une migraine presque invivable, j'ai dû me cogner contre quelque chose. La voiture était de travers à côté de la route et j'avais les jambes à moitié dedans. Ma vue était aussi floue que celle d'un bigleux qui a perdu ses lunettes. Mais je voyais distinctement des sabots noirs s'approcher lentement vers moi. J'avais une envie folle de fuir mais j'avais à peine les forces pour bouger. L'animal s'arrêta juste devant moi alors que j'essayais de me relever en vain, mais je me laissa tomber contre le sol, à l'écoute d'un horrible cri assourdissant dont la provenance n'était pas si lointaine.


    CHAPTER TWO
    Sister ...


    Des petits bruits réguliers qui ne m'étaient pas étrangers me réveillèrent. Ma vue n'était pas nette une seconde fois, ce qui m’inquiéta seulement pendant un moment avant que je ne me rende compte que j'étais dans un hôpital. Je voulu me redresser rapidement et regarder autour de moi mais la majorité de mes muscles étaient engourdis, mes côtes me faisaient souffrir et j'avais des nausées, malgré que mes yeux me permirent enfin de voir clair. Toute la pièce était dans un blanc ennuyeux, voir même effrayant et les tubes reliés à mon avant-bras me dérangeaient autant qu'un moustique dans la pièce. Tiens, mes parents était juste à côté de moi et ils me regardaient d'un air aussi heureux que triste. Je les dévisageait comme une blonde qui n'a rien comprit jusqu'à me douter de quelque chose. Ma mère se mit à sangloter et mon père m'annonça la mauvaise nouvelle, prit de courage.

    - Victoria … je suis désolé mais … ta sœur est décédé. Pendant l'accident, elle s'est cogné la tête et l'airbag lui a compressé la cage thoracique suffisamment fort pour l'empêcher de respirer.

    Mon regard se fit vide, presque mélancolique, et je restais là, assise dans le désespoir. Il ne manquait plus que ça. Mon unique grande sœur, une des seules personnes que j'aimais vraiment, est morte sans même le mériter. J'aurais préféré être à sa place plutôt que de vivre dans ce que j'appelle « un dépotoir humain ». Quelques larmes coulèrent sur mes joues sans même que je m'en aperçoive et je serra mon ours en peluche que j'avais retrouvé à côté de mon oreiller. On voyait clairement que mes parents étaient pour une fois tristes sans jouer la comédie, pas comme pour grand-père. D'ailleurs, grand-père … comment il a su que quelque chose allait se passer ? Cette question me pesait maintenant sur le cœur mais je ne voulais rien savoir, rien que de me rappeler ce qui s'est passé précédemment me donne de désagréables frissons.
    Après que l'on m'aie remit sur pieds et enlevé tous ces machins, nous quittions l'hôpital pour rejoindre la voiture et rentrer à la maison. La météo n'était pas si mauvaise que ça, pour une fois. Il y avait beaucoup de mouvements sur l'autoroute mais heureusement, il n'y avait pas de bouchon sinon je me serais déjà suicidé d'impatience. Pendant ce temps, je me mis à réfléchir au niveau de l'étrange événement qui a provoqué l'accident. Ce cerf était vraiment très, mais alors très bizarre. J'en avais encore jamais vu des comme ça. Puis ce cri que j'ai entendu ensuite … Ça se trouve je deviens folle, ou peut-être que je n'ai pas halluciné. Bref, il faut que j'arrête de nier ça et de me bouger les fesses.


    CHAPTER THREE
    I'm a Monster


    Quelques semaines étaient déjà passés et depuis, je ne sens plus cette présence infecte dans ma chambre la nuit. L'enterrement d'Elizabeth a été très dur à accepter, j'aurais voulu qu'elle revienne à la vie comme Jésus et qu'elle reste avec nous pour toujours, mais non ! Bien sûr, il fallait que ce soit ELLE qui crève le plus tôt possible ! Mais chaque jours, tout le monde se remettait de plus en plus de son décès et on oublia presque le silence mélancolique qui régnait autrefois. A présent, mes parents sont de nouveaux chiants et font tout pour me mettre à l'aise, vu que je suis devenue fille unique. C'est comme si ils se battaient tous les deux pour mon bien-être, mais tout ce que je veux, c'est qu'ils me laissent en paix comme si rien ne s'était passé. Parfois, je les entends même se disputer et c'est très énervant quand on travaille.
    Récemment, je reçu un SMS d'une très bonne amie qui m'a demandé si je pouvais dormir chez elle, pendant que ses parents n'étaient pas là. Évidemment, j’acceptai et pas que par politesse ; mais aussi pour passer une soirée sans les deux qui se comportent comme des gladiateurs. Après avoir prit toutes mes affaires, ma mère accepta de m'y emmener, même si ce n'était pas très loin. La voiture des McKleiff n'était plus là, et Abby ouvrit tout de suite sa porte d'entrée dès qu'elle entendit le bruit de moteur. Ma mère me rappela de ne pas faire trop de bêtises comme à une petite fille et s'en alla.

    Le soir, quand il faisait déjà sombre comme les abysses, on installa la télé dans la chambre et allions faire notre toilette avant de regarder le film d'horreur qui était prévu. Je n'ai jamais aimé les films d'horreur, je trouve ça débile et irréaliste, même les slayers. Parfois, je me demande pourquoi j'accepte d'en regarde avec elle … Dans la salle de bain, j'en profitais pour repenser à tout ce qui m'est arrivé. Ma vie ennuyeuse d'avant, l'accident qui a tout bousillé et la mort de ma sœur. En parlant de ma sœur … mes yeux se posèrent sur la magnifique chevelure d'Abbygail, qui ressemblait beaucoup à celle d'Elizabeth. J'ai toujours été jalouse d'elles. Mais passons. Quand je me dirigeais les poufs qui étaient installés sur le sol pour le film, je sentis une douleur insupportable au ventre, comme si j'étais sur le point d'accoucher. Mais là, c'était différent, comme si on me broyait les organes. Je me laissa tomber par terre en vomissant une belle quantité de sang accompagnée de sucs gastriques. J'étais paniqué, qu-est-ce qui m'arrive était la seule question qui me préoccupait à cet instant. Je me mis à hurler à tue-tête, tel un dragon à l'agonie et contractais mes muscles en fonction de la douleur. De de la sueur commençait à perler sur mon front et je repris ma respiration avant de pousser un nouvel hurlement. Je pus à peine apercevoir à travers mes larmes écarlates mon amie qui était près de moi en train de paniquer comme un lapin.

    - Oh mon Dieu, Victoria !! Je vais appeler les secours !, cria-t-elle de peur et de panique.

    Je me rendis compte que je saignais aussi du nez et des oreilles, puis je finis par n'entendre que quelques grondements. Mon corps tout entier me brûlait et je m'arracha quelques mèches de cheveux et une bonne quantité de peau. On dirait que le sang sur le sol n'avait pas suffit. Je hurlais toujours et encore, jusqu'à ne plus avoir de voix. Je ne pouvais plus contrôler mes actions et je sentis mon corps changer, comme si j'allais me changer de la larve au papillon. Mais cette transformation là, était bien plus horrible. Je ne me reconnaissais plus du tout au moment où je me mis à rire comme devant le meilleur film comique au monde. Des fois je suffoquais, comme si je manquais d'air. Tout ça était sûrement le l'instant le plus effrayant de toute mon existence. Je compris enfin que ce n'était pas une coïncidence. Le cri que j'entendis à nouveau était le même que dans la forêt. Cette fois, je n'étais plus la Victoria que tout le monde connaissait. J'étais sous l'emprise de quelque chose d'autre ; une chose incontrôlable et monstrueuse qui ne cherchait qu'à faire du mal autour d'elle. En entendant une voix essoufflée, je tourna ma tête vers la provenance.

    - Vic', l’ambulance va être là dans …

    Quand Abby revint enfin après avoir appelé l'ambulance, je me releva, couverte de sang. Comme je le pensais, mon physique a bien changé. Mes dents s'étaient rallongées, prenant la forme d'un millier d'aiguilles. Mes yeux sont devenus noirs et mes joues ont été déchirées presque jusqu'aux oreilles, ce qui découvrit toute ma dentition. Je me mis à fixer mon amie d'un regard macabre, presque tueur. Effrayée comme elle ne l'a jamais été, elle lâcha le téléphone qu'elle tenait encore dans sa main, bouche bée, et n’eut même pas le temps de reculer avant que je me jette sur elle pour déchiqueter et me nourrir de son corps. Cette bête n'a pas de conscience, et je peux encore moins la contrôler.


    CHAPTER FOUR
    Susaka


    Je me réveilla peu de temps après avec une affreuse douleur qui torturait chacun de mes gestes. Un étrange goût de fer et de viande demeurait constamment dans ma bouche. C'est là que je compris la moitié des choses. Mes vêtements étaient couverts de sang comme si je m'en serais vidé et j'étais toujours dans la chambre d'Abby. Au fait, Abby, … Son corps presque méconnaissable gisait dans le couloir sous les faibles lumières des lampes, baignant dans son propre sang. Horrifié, je n'eus même pas le courage de m'en approcher. Je restais là, à la regarder en pleurant tout ce qu'il me restait. Tout ça c'est à cause de ce foutu accident ! Si ça ne serait jamais passé, rien de serait arrivé. Le corps de mon amie était creusé, déchiqueté ; je ne pouvais pas en supporter la vue en pensant que j'ai tué quelqu'un qui m'est cher. Non, ce n'est pas moi. C'est ce monstre qui loge aux tréfonds de mon âme pour surgir et ne causer que malheur. J'étais assise sur le sol, passant mes doigts sur quelques blessures qu'il m'a laissé. La peau de mon œil gauche était complètement déchirée, mes bras et mon dos mutilés. La douleur était vraiment intense mais j'arrivais à bouger. Mes joues ensanglantées qui commençaient déjà à cicatriser étaient couvertes de larmes que j’essuyai avec le dos de ma main. Peu à peu je réussi à me reprendre, ce qui n'était pas si facile. Je ne pouvais pas croire que c'est moi qui a fait ça. Si cette bête a prit le contrôle une fois, ce n'est sûrement pas la dernière. Rien que le fait de penser que je ne la retiendrais pas la prochaine fois me décourage au maximum. Rapidement malgré mes blessures qui ne laissaient que des traces rouges, je pris une couverture et couvrit la carcasse allongée contre le mur.
    Au dessus du lavabo, je me débarbouilla du sang qui recouvrait la majorité de mon corps et je me changea rapidement avant que les ambulances n'arrivent.

    Après être passé par la baie vitrée de la maison et avoir quitté la propriété, je me dirigea maintenant vers ma propre maison en essayant d'être la plus discrète possible. Ça n'a pas été dur d'entrer dans ma chambre avec mon père qui dorment comme des ours. Dans mon espace privé, je pris un sac et j’emballai quelques vêtements, mon cher taser, de quoi me nourrir et mon inhalateur parce que oui, j'ai de l'asthme. Je regarda une dernière fois mes parents dormir et je m'enfuis de la maison, tel une âme cherchant un corps. Quitter cette maison que je connais depuis ma naissance a été une torture, mais je savais que si je restais là, ce monstre allait encore assassiner ceux que j'aime.
    Pendant que je traînai dans les grandes rues de la ville, je passa lentement devant un marchand de journaux avant de m'arrêter brusquement devant un papier. Tiens tiens … un Internat ? Il paraît que c'est un des lieux les plus sûrs dans les alentours. Mais, il me paraissait quand même louche. En tout cas, je savais que si ça pouvait m'arriver à moi, ça pouvait arriver à d'autres. Non, je parle de la possession, imbécile ! … Voir même autres choses. Je regardai une dernière fois l'adresse du bâtiment et l'inscrivit sur le GPS de mon portable, espérant qu'il m'y mènerait sans problèmes.
    La marche a été plutôt longue, mais ce n'était pour rien. Quelques dizaines de minutes après, je réussi à trouver ce fameux Internat et je finis par enfin traverser les portes.



    Family & Friends
    Victoria a dû subir le décès de sa grande sœur Elizabeth. Il ne lui reste plus que ses parents qu'elle a abandonné par sécurité et un peu de famille rependue dans le monde, et principalement au Royaume-Uni. Son grand-père, elle ne sait pas ce qu'il est devenu car elle l'a vu pour la dernière fois dans son lit d'hôpital.



    Secrets
    Victoria est secrètement homosexuelle, mais préfère ne pas en parler pour une très bonne raison qu'elle ne révèlera jamais. Elle se passionne aussi pour les animaux et le surnaturel, Vic n'oserait jamais faire du mal à un autre être vivant qu'un humain.




    Behind the computer

    PSEUDO : Katrue. =3=
    PRENOM : Katie
    OU AVEZ-VOUS CONNUE LE FORUM ? Forumactif
    UNE NOTE SUR DIX : 9.2/10
    NIVEAU DE RP : Bon (Aux alentours de trente lignes.)
    AUTRE : Vous savez que les poneys ça vole ? /CAMION/


Dernière édition par Victoria Skylar le Dim 14 Avr - 16:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dementia-penale.tumblr.com/
Ever Bloom
Ange au coeur noir
avatar

Messages : 359
Points : 422
Date d'inscription : 21/06/2012
Localisation : Là où il n'y a personne
Humeur : M'approche pas ...

MessageSujet: Re: Même la mort ne veut pas de toi. {Finish}   Sam 6 Oct - 10:18

Validée ^^
Chanceuse, t'a besoin que d'une validation vu que Gaku est absent et Jun pas validée éwè

Amuse toi bien cher petite possédée :trotte:

_________________
<< Comment peut-on comprendre la vie en sacrifiant celles des autres ? >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://internatsusaka.forumactif.com
 
Même la mort ne veut pas de toi. {Finish}
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» quand la mort frappe à la porte, le, croque, mort chante ♪♫ (morticia)
» La Mort ne veut pas de moi. [Pv Roy]
» Portia Simpson veut quitter le Commonwealth
» Daisy veut venger la mort de sa mère
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Internat Susaka :: Pour le RPG... ~ :: Votre Personnage :: Fiches validées :: Fiches des bienveillants et malveillants-
Sauter vers: